Le paradoxe lorsque l’on voyage seul